Manifeste

Nous aurions pu :

  • sucrer nos bières et en faire des limonades pour zythophobes
  • investir un bureau de 20m² avec un master en marketing et faire brasser nos bières par d’autres
  • faire des brassins faciles en mono-palier
  • pasteuriser nos bières pour tuer ce que nous ne maîtrisons pas
  • gazéifier ‘de force’ nos bières, à la bonbonne
  • utiliser du maïs comme ‘céréale’ (il est meilleur pour la chicha)
  • viser uniquement des records d’alcoolémie

En somme, privilégier la rapidité et le rendement à tout ce qui fait une bière.

Nous avons préféré :

  • élaborer des bières amères avec un choix de malts, houblons et levures pas toujours conventionnels, qui rendent justice à des générations de créateurs d’arômes et de caractères floraux et végétaux
  • explorer les infinies possibilités offertes par la rencontre d’ingrédients sélectionnés pour leur intérêt gustatif et non leur rentabilité ou leur popularité du moment
  • laisser à la bière le temps de développer d’elle-même ses qualités de corps, de goût, de tenue de mousse, …
  • et donc, lui laisser développer toutes ses caractéristiques de boisson fermentée, c’est-à-dire vivante

En somme, ne pas oublier qu’une bière est faite non pas par un brasseur, mais par une levure.

Pourquoi 42 ?

Parce que le nombre de chromosomes d’une cellule hexaploïde d’avoine est 42 ?
Parce que la bible de Gutenberg comporte 42 lignes de texte par colonne ?
Non ! Mais sachez que notamment 42, c’est la réponse ultime au sens de la vie. Référence au livre de Douglas Adams “Le guide du voyageur galactique” (“The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy” ou encore “H2G2”). Adapté au cinéma, en série, en BD, …